IoT - Connectivité

Internet des Objets : halte aux idées reçues

L’ Internet des Objets, Internet of Things ou IoT fait le buzz. Technologie innovante, l’IoT représente pour toute entreprise une réelle opportunité d’améliorer son efficacité en simplifiant ses processus. Pourtant, bon nombre d’idées reçues ont la vie dure, surtout dans les PME. Voyons ce qu’il en est.

1. L'IoT est un gadget

L’Internet of Things est souvent présenté au travers de cas d’utilisation avec des apps autonomes ‘tendance’. En toute logique, certains dirigeants d’entreprise en ont conclu que cette technologie se résumait à une collection de gadgets. Pourtant, le potentiel de l’IoT ne s’exprime pleinement que lorsqu’il fait partie intégrante du fonctionnement de l’entreprise. Bien au-delà d’une simple solution de connectivité et de capteurs, l’IoT incarne une nouvelle manière de travailler, l’émergence de processus plus efficaces et économes en intervention humaine. La mise en œuvre de l’IoT ne devrait pour cette raison jamais se limiter à un département isolé, mais impliquer toutes les équipes, du département IT à celui des ventes, en passant par les services opérationnels.

2. Cette technologie est très coûteuse

Faisant souvent l’objet de projets sur mesure, l’IoT peine à se défaire de son étiquette de technologie inaccessible. Il est vrai que la transition ne se fait pas du jour au lendemain. En amont, le fonctionnement de votre organisation doit être analysé, le choix de la connectivité arrêté (2G, 3G, 4G, LoRa®, wi-fi, Bluetooth, NB-IoT, LTE-M…) et le nombre et l’emplacement des capteurs décidés. Au départ, l’IoT n’est donc pas donné. Ceci dit, les prix des capteurs diminuent chaque année et une fois installée, cette technologie s’accompagne d’importantes économies. Vous gagnez du temps en réduisant les procédures administratives, la main-d’œuvre, les ressources utilisées… Vus sous cet angle, les frais d’installation sont généralement vite rentabilisés pour laisser place aux bénéfices.

3. L'IoT n'est pas adapté aux PME

Les grandes entreprises ont été les premières à se jeter sur l’IoT et se plaisent à étaler leurs innovations et nouveaux gains d’efficacité dans la presse spécialisée. Et c’est leur droit le plus strict, en tant que pionnières. Indirectement, elles lui ont cependant donné une image de technologie qui leur serait réservée, hors de portée des organisations plus modestes. Il n’en est pourtant rien, comme le prouve l’exemple suivant. Henk De Vlieger, boucher-traiteur à Mariakerke (Gand), a eu recours à l’IoT pour développer sa Versbox (boîte fraîcheur), un frigo connecté grâce auquel les clients peuvent commander et payer leur viande en ligne, et retirer leurs commandes dans le frigo placé à l’extérieur de son commerce en dehors des heures d’ouverture.

4. Cette technologie n'est pas sécurisée

À première vue, une installation composée d’une série de petits ordinateurs semble multiplier les voies d’entrée pour les hackers. Alors que les cybercriminels se concentrent justement sur les PME, les inquiétudes des entrepreneurs sont compréhensibles. Mis en place par des partenaires compétents et consciencieux, l’IoT ne présente toutefois aucun danger. Ils veillent à n’autoriser que les communications entre appareils prédéfinis. Par la suite, les interventions se résument à installer les mises à jour dès leur sortie. Là aussi, de nouvelles solutions apparaissent pour automatiser le processus.